Augmentation des prix des autoroutes : des automobilistes s’énervent et un gendarme inefficace

1538
0
Partagez :

Les péages d’autoroutes ont augmenté de 1,12 % en moyenne depuis ce lundi 1er février. Cette augmentation est la résultante des accords signés entre l’Etat et les sociétés concessionnaires en avril 2015 après un différend qui a duré plusieurs mois. Les hausses varient en fonction des réseaux et sont clairement supérieures à l’inflation. Les autoroutes du sud de la France (ASF) augmentent leurs tarifs de 1,63 %, Area de 1,27 %, APRR de 1,23 %, Sanef-SAPN de 0,86 % et Cofiroute de 0,82 %.

L’avis est contraire pour des automobilistes convaincus, si ce n’est de la poursuite d’un blocage des tarifs, au moins d’une augmentation très réduite et ne dépassant pas l’évolution de l’indice des prix, comme l’avait indiqué la ministre de l’environnement, Ségolène Royal.

Remise à plat des accords par Ségolène Royal

C’est en septembre 2014, après un rapport de l’Autorité de la concurrence qui dénonce les gains engrangés par les sociétés d’autoroutes depuis leur privatisation en 2006, Mme Royal avait pris la décision de remettre à zéro les accords avec les concessionnaires. Elle avait premièrement décréter un bloc des hausses de tarifs prévues pour 2015, évaluées à 1,07 % en moyenne.

Le gouvernement liait l’ouverture des négociations au lancement du plan de relance autoroutier de 3,2 milliards d’euros qu’avait proposé et financé les sociétés concessionnaires contre un rallongement moyen de la durée de leur concession de deux ans dont la fin est prévue pour 2030.

Protection des contrats

Au bout de plusieurs mois de résistances, en avril 2015, un accord fini par être trouvé. Les sociétés gestionnaires d’autoroutes ont pris l’engagement de verser 1 milliard d’euros au cours de la durée de leur concession à l’Agence de financement des infrastructures de transport. Cela est complété par 200 millions d’euros dans un fonds d’investissement dans les infrastructures, que la Caisse des dépôts va gérer. En dédommagement, les sociétés d’autoroutes ont obtenu une protection plus importante de leurs contrats, pour ne pas que d’autres gouvernements viennent à le remettre en doute.

Yoann