Fête de Noël : 16,5% des jouets analysés sont non-conformes ou dangereux

1280
0
Partagez :

La Répression des fraudes a remarqué des infractions surtout chez certains petits artisans, sur les marchés de Noël ou des commerces ambulants. Ce pourcentage demeure stable par rapport à 2014.

La Répression des fraudes a fait état ce vendredi de 16,5% des jouets de Noël contrôlés non-conformes ou dangereux, surtout chez certains petits artisans, sur les marchés de Noël ou des commerces ambulants. La répression des fraudes a effectué des contrôles sur 3889 établissements français sur tout le territoire : sites de vente à distance les lieux de fabrication, commerces de détail, grande distribution, sites d’importation, marchés de Noël. C’est une information publié par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCDRF).

D’après le communiqué Un total de 12.988 «actions de contrôle» y ont été effectuées, dont 4600 portant sur la sécurité des jouets: les agents ont effectué 805 prélèvements typiques, après lesquels 16,5% des produits ont été déclarés «non-conformes et dangereux» avoir été analysés syr la base d’une analyse physico-chimique.

Ce pourcentage était de 16,5% en 2014, et de 14,8 % en 2013, indique le communiqué. «Les principales causes de dangerosité constatées en 2015 sont surtout les petits éléments dans les jouets de moins de 3 ans, l’accessibilité au rembourrage des peluches et les risques chimiques liés à la présence de phtalates dans des jouets en plastique (PVC)», est-il indiqué.

Des infractions «courantes» ont également été relevées par la DGCCRF, «l’absence du marquage ‘CE’, l’absence d’avertissements réglementaires, et l’usage abusif du logo de restriction d’âge». A la fin du contrôle, les étrangetés remarquées «ont fait l’objet de 838 avertissements contre des opérateurs, de 127 mesures de police administrative et de 100 dossiers contentieux destinés à l’autorité judiciaire». «A l’issue des contrôles accomplis par la DGCCRF, 300.000 produits ont été remis en conformité ou détruits», souligne le communiqué.

Marine