Le Sommet de l’Economie de Challenges : les débats à suivre en live

704
0
Partagez :

Menés par des chefs d’entreprises et hommes politiques de valeur, tous les débats pour cette 2ème journée sont très intéressants à suivre, à savoir « Du monde ancien au nouveau monde » ; « Comment nous déplacerons-nous dans dix ans? » ; « Les tuyaux et les contenus … quelle convergence ? » ; « Les pirates dans les murs » ; « Where is the Beef? ». Ce que nous allons rapporter en bref sont les deux débats qui ont ouvert la journée « L’internet contre l’emploi » et « Les licornes made in France ».

L’internet cotre l’emploi

Nicolas Colin de The Family et Philippe Wahl de la Poste, en résumé, rappellent les menaces du numérique qui pèsent sur l’avenir du travail. Selon Colin, la polarisation de l’emploi est un facteur qui affaiblit le travail physique face au numérique. Ceci est dû aux managers hautement rémunérés opposés aux emplois de service avec un maigre salaire. Les tâches routinières sont les plus menacées, car facilement remplaçables par les robots. Le débat est essentiellement orienté vers l’attraction des emplois de service, suivi de l’avenir du salariat menacé de disparition au même cas que le travail indépendant. Comme suggestion, Colin a proposé une adaptation de la protection sociale couvrant les risques, comme l’accès au logement. Philippe Wahl de rappeler que la relation humaine ne peut être remplacée par le numérique. En résume, si la société parvient à s’adapter, elle créera les emplois nécessaires

Les licornes made in France

Granjon de la société Vente privée résume son exposé « Celui qui a la confiance prend le marché ». Trouver un angle d’attaque, esquiver la priorité des géants américains, se porter partenaire et non pas comme concurrent, ce sont les idées maîtresses enregistrées. Frédéric Mazzella de Blablacar soutient la potentialité internationale pour être vu, sauf aux USA dont le coût de transport est trois fois moins cher qu’en France. Ce PDG d’affirmer qu’il faut être persévérant mais pas têtu. Le courage et la considération des collaborateurs sont les valeurs poussées par Granjon pour rester licorne et en forme pour résister.

Marine