Rachat les hôtels Fairmont, Raffles et Swissôtel par AccorHotels

779
0
Partagez :

Le PDG d’AccorHotels a déclaré ce mercredi 9 décembre, l’acquisition de FRHI une entreprise canadienne à laquelle appartient les enseignes Fairmont, Raffles et Swissôtel, trois des plus beaux établissements de l’hôtellerie de luxe. Une transaction de 2,9 milliards de dollars (2,6 milliards d’euros). C’est le plus gros rachat que le groupe hôtelier français a réalisé.

Avec cette acquisition, AccorHotels entre donc dans le carré des géants du luxe. Faisant déjà partie des grands dans le monde de l’hôtellerie économique et de moyenne gamme, le groupe français accède automatiquement au cinquième rang mondial sur les secteurs du haut et du très haut de gamme. Ces rangs où les chambres coutent respectivement 200 dollars et 500 dollars la nuitée (environ 180 euros et 456 euros).

AccorHotels a effectué ce rachat sans puiser dans sa réserve. Le groupe ne dépense que 840 millions de dollars en liquide. Une hausse du capital réservée complète cette opération. A cette occasion, Qatar Investment Authority (QIA) et Kingdom Holding Company of Saudi Arabia, qui possèdent des parts dans le groupe canadien FRHI, vont devenir les deux premiers actionnaires d’AccorHotels, soient 10,5 % et 5,8 % des parts. Cette double ascension en puissance place à la deuxième Colony Capital et Eurazeo, deux des vieux actionnaires de l’hôtelier créé par Paul Dubrule et Gérard Pélisson. Ils ne vont détenir que 5,1 % et 4,3 % du groupe tricolore.

Cependant, personne n’est surpris par cette acquisition chez Accor, car il ya quatre ou cinq ans que l’ex direction du groupe hôtelier avait commencé l’étude de ce dossier sans aller plus loin. Pourtant, M. Bazin, indique que ce rachat ne sera décidément bouclé qu’au premier semestre de 2016, à l’issue du vote de l’assemblée générale du groupe et l’autorisation des autorités de la concurrence.

Selon le PDG, au-delà de son intérêt stratégique, ce rachat influence avantageusement le statut du groupe séduisant par la même occasion les investisseurs internationaux.

Marine