Najat Vallaud-Belkacem a défendu sa réforme sur l’éducation prioritaire

436
0
Partagez :

Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’éducation s’est déplacée à Nancy où elle devait se rendre au réseau Canopé « réseau de création et d’accompagnement pédagogiques » basé dans la même ville. Elle a présenté un bilan satisfaisant de sa réforme portant sur les REP et REP+. Mais les organisations syndicales SNES-FSU déplorent le fait qu’elles n’y aient pas été invitées à cette cérémonie et dénoncent un spectacle.

En visite lundi à Nancy, Najat Vallaud-Belkacem était allée prendre part aux assises inter-académiques de l’éducation prioritaire dans le Grand Est. Sur ses lieux elle s’est retrouvée avec les acteurs et les représentants d’établissements faisant partie de la catégorie REP+ : « Réseau d’éducation prioritaire ». La ministre de l’Éducation nationale a présenté un bilan satisfaisant de la réforme qu’elle a lancée en janvier 2014 sur les REP et REP+.

Grâce à l’éducation prioritaire, plusieurs écoles primaires jouissent d’un système du «  plus de maîtres que de classes », un nombre important d’élèves âgés de moins de trois ans vont à l’école et des enseignants bénéficient d’une meilleure indemnisation d’après l’affirmation de Najat Vallaud-Belkacem.

Les résultats seront positifs

Attendons encore car l’éducation c’est toujours long. Mais nous avons pris une bonne orientation d’après l’affirmation de la ministre.

Najat Vallaud-Belkacem a aussi discuté avec les acteurs de terrain, surtout Martine Veaucourt, directrice de l’école primaire Claude le Lorrain. Cette école est inscrite dans le réseau REP+.

La directrice indique que la réforme initiée par la ministre transformé la vie quotidienne de son école. Tout simplement parce que l’institution qu’elle dirige jouit d’un système «  Plus de maîtres que de classes », qui donne la possibilité de disposer d’un formateur supplémentaire dans une classe. Aussi parce que grâce à la réforme il ya plus de ressources et que les enseignants s’entraident plus. Ce qui lui a donné la possibilité aux professeurs de mieux dispenser les enseignements.

Ça a transformé totalement notre façon de travailler dans les écoles, de travailler en accord et de mieux suivre les élèves. Nous travaillons en classes ateliers, nous regroupons trois élèves dans un groupe, ce qui donne la possibilité d’avoir un groupe composite avec plus d’échanges.

Yoann